Entraide pédagogique sur le net,primaire & moyen Redhalagh

Redhalag vous souhaite la bienvenue sur votre forum.C'est un espace d'échange d'expérience et d'entraide entre enseignants & élèves .'

  • La meilleure école, c'est la vie .
  • Le meilleur maitre, c'est l'expérience .
  • Le meilleur livre , c'est la nature .
  • Le meilleur temple , c'est le coeur .
  • Le meilleur ami , c' est la vérité .









Acceder à ce forum
 qui possède des ressources de formation
 en F.L.E dont vous avez besoin en vous abonnant.

merci.




Derniers sujets

Partenaires


créer un forum

      

Décembre 2016

LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

assma allah el houssna

Live Traffic Feed

Chat

    Conversation avec un prêtre et Abû Yazîd Al-Bastâmî.

    Partagez

    Admin
    Admin

    Messages : 2864
    Date d'inscription : 23/03/2013

    Conversation avec un prêtre et Abû Yazîd Al-Bastâmî.

    Message par Admin le Jeu 1 Aoû 2013 - 16:15




    bissmi05

     

    Conversation avec un prêtre
     et
    Abû Yazîd Al-Bastâmî. 






    (Abû Yazîd Al-Bastâmî a vécu de 745 à 874)

    Nous sommes maintenant dans la ville de Bassora (Irak). Le connaisseur de Dieu Abû Yazîd Al-Bastâmî [1]
    était en train de dormir la nuit, lorsqu’il entendit dans son sommeil,
    après la prière de l’aube, quelqu’un l’appeler en ces termes : « Ô Abû
    Yazîd, cette nuit est une nuit de fête chez les Chrétiens. Fais tes
    ablutions, et va les rejoindre dans leur monastère. Tu seras assurément
    émerveillé par la Sagesse d’Allâh ». Il fit donc ses ablutions et entra
    dans le monastère chrétien de Bassora.


    Lorsque le prêtre se leva pour prononcer son prêche devant les
    paroissiens, il dit : « Je ne puis parler en présence d’un mahométan
    entré dans notre monastère ».

    - « Notre père, comment pouvez-vous être certain qu’il est mahométan », demanda l’assemblée.

    - « Les disciples de Muhammad portent sur leurs visages la trace laissée par les prosternations » [2].


    Lorsqu’il fit signe à Abû Yazîd de sortir, ce dernier répondit :
    « Par Allah, je ne m’en irai pas tant qu’Allah n’aura pas jugé entre
    vous et moi et Il est le plus juste des Juges ».

    - « Dans ce cas, nous te poserons des questions. Si tu réponds avec
    justesse à toutes nos questions, nous croirons en ton Prophète. Mais si
    tu te trompes sur une seule question, tu ne sortiras d’ici que sur nos
    épaules, le corps sans vie ! », affirma le père.

    - « Pose toutes les questions que tu souhaites, » fit Abû Yazîd.


    Le prêtre demanda donc :


     

    1. Qu’est-ce qui est unique n’ayant point de second ?
    2. Que sont les deux n’ayant point de troisième ?
    3. Que sont les trois n’ayant point de quatrième ?
    4. Les quatre n’ayant point de cinquième ?
    5. Les cinq n’ayant point de sixième ?
    6. Les six n’ayant point de septième ?
    7. Les sept n’ayant point de huitième ?
    8. Les huit n’ayant point de neuvième ?
    9. Les neuf n’ayant point de dixième ?
    10. Que sont les dix qui peuvent se démultiplier ?
    11. Qui sont les onze frères ?
    12. Quel est le miracle qui est composé de douze éléments ?
    13. Quelle est la famille composée de treize membres ?
    14. Quelles sont les quatorze choses qui ont parlé à Dieu ?
    15. Quelle est la chose qui a exhalé un souffle sans pour
      autant posséder une âme ?

    16. Quel est le tombeau qui transporta son hôte ?
    17. Quelle est la chose que Dieu a créée et dont Il a
      valorisé l’importance ?

    18. Quelle est la chose que Dieu a créée et dont Il a
      méprisé l’importance ?

    19. Quelles sont les choses que Dieu a créé sans père ni mère ?
    20. Qui sont ceux qui ont menti et sont entrés au Paradis ?
    21. Qui sont ceux qui ont dit vrai et sont entrés en Enfer ?
    22. Que signifie : « Par les vents
      éparpilleurs ! Par les porteurs de fardeaux ! Par les glisseurs agiles !
      Par les distributeurs selon un commandement ! » [3].

    23. Quel est l’arbre possédant douze branches, sur chaque
      branche se trouvant trente feuilles et chaque feuille portant en elle
      cinq fruits : trois à l’ombre et deux au soleil ?



    Réponds Abû Yazîd !


    Abû Yazîd se leva tandis qu’Allâh fit descendre Sa Quiétude dans son être tout entier. Il dit alors :


     

    1. Concernant l’unique n’ayant pas de second, il s’agit de : « Dis : Allah est Un » [4].
    2. Quant aux deux n’ayant point de troisième, il s’agit du jour et de la nuit : « Nous avons fait de la nuit et du jour deux signes » [5].
    3. Les trois n’ayant point de quatrième sont les trois épreuves qu’a fait subir Al-Khidr à Moïse : « Et après qu’ils furent montés sur un bateau, l’homme (Al-Khidr) y fit une brèche » [6]. « Quand ils eurent rencontré un enfant, l’homme le tua » [7]. « Quand ils furent arrivés à un village habité, ils demandèrent à manger à ses habitants » [8]. « Ceci marque la séparation entre toi et moi, dit l’homme » [9].
    4. Les quatre n’ayant point de cinquième sont la Thora, le Psautier, l’Évangile et le Coran.
    5. Les cinq n’ayant point de sixième sont les cinq prières quotidiennes prescrites par Allâh.
    6. Les six n’ayant point de septième correspondent aux six jours de la Création : « En effet Nous avons créé les cieux et la terre et ce qui existe entre eux en six jours » [10].


      À cet instant, le prêtre demanda :
      - Pourquoi est-il précisé à la fin du verset « sans éprouver la moindre lassitude ».

      - « Parce que les Juifs et les Chrétiens ont affirmé qu’Allâh a éprouvé
      de la fatigue après avoir créé l’univers. C’est pourquoi pour réfuter
      cette thèse, Allah a inséré cette précision dans le verset ».

    7. Concernant les sept n’ayant point de huitième, il s’agit des sept cieux : « Celui Qui a créé sept cieux superposés » [11].
    8. Quant aux huit n’ayant point de neuvième, il s’agit des huit anges porteurs du Trône d’Allâh : « Tandis que huit, ce jour-là, porteront au-dessus d’eux le Trône de ton Seigneur » [12].
    9. Les neuf n’ayant point de dixième correspondent aux neufs miracles de Moïse - paix et bénédiction sur lui.


      Le prêtre demanda alors de les énumérer.


      Il dit : « La main, le bâton, la traversée de la mer, la disette, le
      déluge, les criquets, les poux, les grenouilles et le sang ».

    10. Au sujet des dix susceptibles de se démultiplier, il s’agit des bonnes actions : « Quiconque viendra avec une bonne action en aura dix fois autant » [13] ; « Allah multiplie la récompense à qui Il veut » [14].
    11. À la question, qui sont les onze frères : « J’ai vu en songe onze astres » [15]. Les onze frères de Joseph.
    12. Le miracle qui est composé de douze éléments : « Et
      quand Moïse demanda de l’eau pour désaltérer son peuple, c’est alors
      que Nous dîmes : "Frappe le rocher avec ton bâton". Et tout d’un coup,
      douze sources en jaillirent » [16].

    13. La famille composée de treize membres est : « Et aussi le soleil et la lune ; je les ai vus prosternés devant moi » [17]. Aux onze frères de Joseph s’ajoutent le soleil et la lune correspondant au père et à la mère. Voilà bien treize membres.
    14. Les quatorze choses ayant parlé à Allâh sont les sept cieux et les sept terres : « "Venez
      tous deux, bon gré, mal gré". Tous deux dirent : "Nous venons
      obéissants". Il décréta d’en faire sept cieux en deux jours » [18].

    15. Quant au tombeau ayant transporté son hôte, il s’agit de la baleine qui avait avalé Jonas : « La baleine l’avala alors qu’il était blâmable » [19].
    16. La chose ayant exhalé un souffle sans pour autant posséder une âme est l’aube : « Et par l’aube quand elle exhale son souffle ! » [20].
    17. La chose qu’Allah a créée et dont Il a valorisé l’importance est la ruse féminine : « Votre ruse est vraiment énorme ! » [21]
    18. La chose qu’Allâh a créée et a dépréciée est le cri des ânes : « Car la plus détestable des voix, c’est bien la voix des ânes » [22].
    19. Allah a créé sans père ni mère : Adam - paix sur lui -, les Anges, le bélier d’Ismaël et la chamelle de Sâlih.
    20. Ceux qui ont menti et sont entrés au Paradis sont les frères de Joseph : « Et
      ils vinrent à leur père, le soir, en pleurant. Ils dirent : ’Ô notre
      père, nous sommes allés faire une course, et nous avons laissé Joseph
      auprès de nos effets ; et le loup l’a dévoré’ » [23]. Mais malgré cela, Joseph leur dit : « Qu’Allah vous pardonne. C’est Lui le plus Miséricordieux des miséricordieux » [24].

    21. Quant à ceux qui ont dit vrai et sont entrés en Enfer : « Et les Juifs disent : "Les Chrétiens ne tiennent sur rien" ; et les Chrétiens disent : "Les Juifs ne tiennent sur rien" » [25].
    22. Les « éparpilleurs » sont les vents, « les porteurs de
      fardeaux » sont les nuages porteurs de pluie, « les glisseurs agiles »
      sont les vaisseaux qui voguent sur les mers, « les distributeurs selon
      un commandement » sont les Anges qui nous distribuent nos subistances,
      et consignent nos bonnes et nos mauvaises actions, selon un commandement
      divin.

    23. Enfin, quant à l’arbre, il s’agit de l’année qui s’écoule.
      Cet arbre compte douze branches correspondant aux douze mois de
      l’année. Chaque branche porte en elle trente feuilles, c’est-à-dire
      trente jours. Et chaque feuille contient cinq fruits qui correspondent
      aux cinq prières quotidiennes. Trois sont à l’ombre : les prières du
      coucher du soleil, de la nuit et de l’aube. Et deux sont au soleil : la
      prière de midi et celle de vespres.



    Abû Yazîd dit alors au prêtre : « Je vais te poser à mon tour une question et une seule uniquement ».

    - « Je t’écoute », fit le Prêtre.

    - « Quelle est la clef du Paradis ? », demanda Abû Yazîd.


    Le prêtre resta silencieux. Les paroissiens l’interpellèrent alors en disant :

    - « Vous lui avez soumis de très nombreuses questions et il vous a
    répondu parfaitement. Maintenant qu’il vous interroge à votre tour sur
    une seule question, vous vous défilez ? »

    - « Par Dieu, je connais parfaitement la réponse à sa question, c’est plutôt que je crains votre réaction », affirma le prêtre.

    - « Réponds et ne crains rien », rétorqua l’assemblée.


    Le prêtre se leva et déclara :

    - La clef du Paradis est : « Lâ ilâha illallâh muhammadur-rasûl allâh, il n’y a de dieu que Dieu et Muhammad est le Messager de Dieu ».


    C’est alors que les paroissiens répétèrent en chœur :
    « Lâ ilâha illallâh muhammadur-rasûl allâh ».


    Et ils firent changer leur église en mosquée où il ne fut plus adoré qu’Allâh, l’Unique sans associé.


      La date/heure actuelle est Sam 10 Déc 2016 - 0:14